vendredi 2 août 2013

Régime sans crudités


Un fait m'a toujours interloqué dans ce grand continent américain... Leur rapport aux légumes... Enfin, à l'absence de légumes. Voici ce que je notais en octobre 2010.


"J'ai beau chercher, je ne trouve absolument aucune crudité dans le menu de la semaine de cette école américaine du Maryland (à côté de DC). Quant aux légumes verts, ils ne sont pas légion.

(Me voici soulagé lorsque je saisis mon fouet à neuf branches pour me flageller d'avoir mis un sandwich au Philadelphia -équivalent local de l’antique Kiri- par semaine dans la lunch box des enfants).

Les statistiques officielles font état de 40% d'enfants scolarisés obèses aux Etats-Unis. A ce propos, Michael Bloomberg, maire de New York, a décidé de ne plus donner de soda aux pauvres payant leurs repas avec des timbres alimentaires. Pour éviter qu'ils ne deviennent trop gros."

mercredi 31 juillet 2013

Gourmande Suisse

C'est les vacances et je ne vais pas vous assommer sous les tendances hype, et les nouvelles nouvelles cuisines... on se laisse porter par la douceur de vivre.

Et s'il y a bien un endroit ou le calme règne, c'est dans le beau pays de Suisse. Des paysages de carte postale et une lenteur de bon aloi.

La Suisse est sur le plan culinaire aussi un bon retour sur investissement ! On est jamais déçu par sa cuisine. Elle respecte le cliché sur lequel l'étranger est venu chez elle.








 
Prenons comme exemple la Gruyère (dont l'histoire pour les plus curieux est ), à ne pas confondre avec la commune Française des Ardennes, terre emblématique du fromage du même nom. A ne surtout pas confondre avec le fromage à trous, l'emmental, qui lui est Français.

Sous peine de faire sortir de ses gonds le paisible Suisse Romand, qui aime que chaque fromage soit bien rangé dans son rack !

Je vous invite donc à me suivre dans le canton de Fribourg, ou les plus grands trésors Suisse se trouvent :


la fondue, la crème, le gruyère et le Bullois !





Située dans une vallée ou l'on a l'impression que Heidi va sortir de derrière chaque buisson, la gruyère a 3 villes : Broc pour le berceau du chocolat au lait (dont on reparlera avec Yibus à la rentrée), Bulle et son célèbrissime Bullois, et la ville de guyère ou est fabriqué le fromage amblématique de la Suisse.

Mais rendons à Marguerite ce qui lui appartient ce sont les vaches et leur lait qui donne la richesse a la région !


 Les röstis : galette de pommes de terre rapées, gratinées au gruyère et accompagné de charcuterie !


La fondue moitié-moitié. Moitié gruyère, moitié vacherin. Dont il fallait connaitre la recette pour accéder à la nationalité Suisse, jusqu'à il n'y a pas trés longtemps !

 Le Bullois : Mélange de noix et de caramel au lait, enveloppé sous une pâte sablée, et enrobé d'une fine couche de chocolat au lait. Une tuerie, qui baigna l'enfance de mon cher et tendre, et que nous fîmes découvrir à nos enfants emerveillés par tant de délice...

 Le tout servi au son des cloches des vaches d'alpage, qui tondent méthodiquement l'herbe grasse des prairies environnantes !

Et pour moi le nec plus ultra, la merveille des merveilles :

Les fraises à la crème de gruyère et meringues...

Le rituel est précis, une fraise, une cuillère de crème plus onctueuse que le mascarpone, et plus calorique qu'une glace américaine, et croquez dans le même temps dans la meringue...

Certains les mange avec des framboises...

Puis il est temps de faire la sieste sous les arbres, avant de randonner dans les vertes montagnes (parce que y a de quoi éliminer !)...

Bises de Nath qui prépare ses valises...








lundi 29 juillet 2013

Le jour de la limonade



Par ces chaleurs limite caniculaires, que ne nous rappelons-pas la limonade d'antan ? Eh bien, aux Etats-Unis, cette limonade a une autre couleur et un autre goût, celle de l'argent de poche. En mai 2010, voici comment je l'ai découvert. 

"Dimanche dernier, c'était jour de la limonade dans une dizaine de villes des Etats-Unis. Le but du jeu est que les enfants montent leur "business de limonade" pendant toute la journée et vendent ce breuvage aux passants. 

Pour sa quatrième édition, l'événement a rassemblé des dizaines de milliers de stands et plus de 50 000 enfants rien qu'à Houston.

Le fondateur de l'affaire (originaire de la ville texane), explique qu’il s'agit de développer le goût de l'entrepreneuriat chez les plus jeunes.

1) Ils fabriquent la limonade avec maman ou papa.

2) Ils installent leur stand et mettent leurs tee-shirt commandés gratuitement sur le site (le matériel est sponsorisé, entre autres, par Whole Food, une chaîne de supermarchés haut de gamme).

3) Ils vendent leur limonade.

C'est tout bénéfice pour les enfants : ils gardent l'argent qu'ils ont gagné, ils ont joué à la marchande grandeur nature et ils prennent confiance en eux.

Eh bien, je trouve l'initiative formidable (même si je comprends mal l'argument "rendre à la communauté"). Il est certain qu’il y a un an, je n'aurais pas dit ça. Diantre, vendre des billets de tombola en faisant du porte à porte, j'ai toujours détesté ça.

Mais après mûre réflexion. En fait, le grand garçon a eu envie de dessiner des cartes pour Noël et Nouvel an et m'a proposé de l'accompagner pour les vendre dans le pâté de maison. Pourquoi pas ? Après tout, il gagnera ainsi son premier argent.

Voilà ce que c'est de vivre dans la même ville que le président du FMI (qu'on n'appelle plus que Domidouze -2012- dans les cercles français de Washington DC). Je suis contaminé par la libre entreprise."