vendredi 12 juillet 2013

American barbecue

Qui dit été sous-entend barbecue. Voici quatre ans, je découvrais la chose de l'autre côté de l'Atlantique.

Un autre monde. Jugez plutôt.

" Hier, organisation d'un barbecue dans un par bordant Washington. Des tables avec bancs intégrés (que l'on peut bouger, les tables), des grills (cimentés dans le sol), de la viande et des salades, tout était de sortie pour que la fête soit folle. Même le soleil, qui mit de la joie au coeur de la troupe française.

C'était sans compter sur mon inexpérience d'apprenti-barbecueur. Tout à la joie de quatre repas précédents et relativement réussis, de saucisses, hamburgers, saumon et côtes d'agneau non carbonisés, je me croyais capable de réitérer l'exploit.

Bref, vous me connaissez, le matin, je plastronnais, ignorant l'infortune qui allait me frapper.




Et je me leurrais. Vous voyez sur la photo notre instrument, un joli bbq rond, humble modèle de base à côté des monstres à charbon ou à gaz qui peuvent trôner dans les jardins américains. En tout cas, un sparring-partnerbien trop faible face au défi qui m'attendait.

J'usais de papier journal, de carton et surtout (oh, le malheureux !) de petit bois en oubliant que la veille, une mousson d'anthologie avait recouvert ville et alentours. Et surtout, j'avais acheté des galets de charbon de bois simples. Bref, le tout produisit de la fumée et un peu de chaleur, une tiédeur même pas bonne à chauffer des saucisses pré-cuites.

Au bout d'une demi-heure d'efforts inutiles et enfumés, une des jeunes femmes du groupe décida d'aller héler nos voisins qui, eux, disposaient du bon matériel. A savoir les galets enduits de kérosène ou d'essence, en tout cas d'un mélange propre à enflammer la terre entière.

Après avoir disposé une dizaine de galets empruntés sur notre tapis noir et tiède, le feu prit son allure de croisière. Bon, ça sentait quand même pas mal le mélange mais les côtes de boeuf, hamburgers et saucisses passèrent de vie à nos plats. Délicieux, merci bien (quoique les sauces américaines pour bbq, non merci, je préfère la moutarde de Dijon).

Et chez Barnes & Noble, honorable chaîne de livres américaine, on peut voir une table regorger de livres consacrés au bbq. On y trouve de tout, du "comment cuire votre belle-mère ?" à "la meilleure manière de préparer les ribs en sauce".




mercredi 10 juillet 2013

dimanche 7 juillet 2013

L'atelier de la truffe noire

Hier soir, grande découverte, celle de la truffe noire, dans un magnifique restaurant bruxellois.

Entre autres recettes folles que je ne reproduirais pas à la maison, il y avait une petite salade toute simple composée de roquette, de parmesan et de quelques lamelles du divin champignon.




J'en ai encore les papilles qui frémissent.